Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Ausgang

samedi 12 novembre à 21 h 00 min

Après deux albums solos uniques en leur genre, de multiples collaborations (Asocial Club, Zone libre…), des échappées théâtrales ou à l’affiche de « Viril » (avec B.Dalle et V.Despentes), Casey revient à ses premiers amours rap/rock. On l’attendait au tournant : avec AUSGANG, elle dynamite le circuit. Appuyé par Marc Sens à la guitare/basse, Manusound aux machines/basse, et Sonny Troupé à la batterie, le groupe dépouille tout, un concentré de rage, d’humour noir, de sons lourds mais aussi électro méchamment rafraîchissants. Casey au sommet de son art niveau textes/flow, on en ressort lessivé, comme neuf.

Si le projet AUSGANG était en gestation depuis un moment, le moins qu’on puisse dire, c’est que ça valait le coup d’attendre le déluge. De feu. Dès le premier morceau enregistré, sans mixage ni rien, ça défonçait déjà grave. Ceux qui ont suivi n’ont pas confirmé l’impression, mais dynamité toutes les banques : une joie féroce, un son énorme, une parole noire jubilatoire qui donne autant envie de crever de rire (« Crapule ») que de pleurer de la soie devant toute cette beauté (« Comme une ombre »…). On y retrouve la hargne de Casey présente sur ses albums de rap ou dans ses projets collectifs, mais aussi des compos plus personnelles, à entendre entre les lignes, mâtures c’est sûr, mordantes toujours. Enfin, Ausgang est surtout un groupe. Si « Zone libre » avait montré la voie (avec Marc Sens déjà à la guitare), Manusound (machines) et Sonny Troupé (batterie) apportent un nouveau souffle, des variantes, une lumière vive au bout du tunnel. Rock/Rap même combat (« Chuck Berry »). La puissance ne se compte pas, mais comptez sur celle d’Ausgang pour ranimer vos sens. Vos oreilles, vos corps, tout ce qui résonne en nous. On ose à peine imaginer ce que ça va être en concert.
« On va bouffer des nez ! Faire des cratères partout où on passe, c’est ça le but ! »
Cyrano sur la lune n’a qu’à bien se tenir : Ausgang a été long à prendre les armes, mais à la fin de l’envoi, il touche.

Caryl Ferey

L’envoûtante

L’Envoûtante crée sa matière en écoutant ses chants intérieurs, sans souci esthétique autre que celui de les traduire avec justesse. Alors les mots et le propos se dressent comme le feu. Ils naviguent à vue entre une rage lucide et des bouffées d’espoir ré-oxygénant.

La première étincelle avait jailli au sein d’un collectif de performance poétique et sonore. Ce passif expérimental n’est jamais loin dans leur musique, comme un animal qui vous observe tapi dans la forêt.

Ça vous donne cette oralité sauvage, cette batterie et ces samples puissants et hypnotiques. Chaque son vient nourrir le sens et chaque mot étaye les textures musicales indomptées. Les 9 morceaux de ce nouvel album s’enracinent à la lisière des mondes, un pied dans le beau et l’autre dans l’ombre. C’est là que l’album puise ses Espoirs Féroces.

Au fil des titres on avance, on s’immerge, on s’enfonce pour mieux s’élever. L’Envoûtante n’a peur ni du noir, ni des luminosités transcendantales.
Au contraire : le duo est confiant. La vue d’en haut mérite un détour, pour éclairer les profondeurs.

Billetterie Weezevent
18€ adhérents 13 € – préventes 16 €

La Route du Son

51 Allée Montesquieu
Billère, 64140 France
+ Google Map
Vidéos
Où nous trouver ?