Ça commence très fort avec L’Allumeuse. Juste pour vous mettre dans l’ambiance : « Et mon buisson ardent / Grillera joliment / Dans les feux de l’enfer / Allumant Lucifer ! »

Vous avez compris que ces trois Poupées, chantant à l’unisson, ne sont pas là pour vous apprendre la broderie. À la rigueur elles pratiquent la dentelle avec les mots et les sons, toujours avec élégance et justesse. La provocation se fait avec de fines aiguilles, elles égratignent sans faire le moindre mal, bien au contraire. L’auditeur mâle se laisse allumer, braquer, charmer, dévorer avec une complaisance que le pire masochiste envierait. L’auditrice plonge immédiatement dans la connivence, la complicité sans même un soupçon de jalousie — La Jalouse est d’ailleurs prudemment un morceau instrumental — on est entre copines !

Pour lire la suite : Le Boudoir des Pétroleuses : gonflées, les Poupées !