Chargement des événements

Pierre Bastien – Krikor – In Aeternam Vale

FESTIVAL ACCES)S( #17 - Machines sensibles
« Tous les événements
sam 14 oct à 21 h 00 La Route du Son
    Présenté par :
  • Ampli
  • Accès)s(

FESTIVAL ACCES)S( #17 – Machines sensibles
Commissariat Christian Delécluse

Les machines, mécaniques, électriques ou électroniques, sont généralement programmées pour réaliser une tâche précise, qu’elles exécutent sans (dé)faillir, n’ayant ni faim, ni soif, ni sommeil, n’étant envahies d’aucun doute existentiel, et étant généralement dépourvues de toute forme d’humour.

On les associe volontiers à une forme de rationalité poussée à l’extrême, à l’opposé de l’univers des sentiments, des émotions et de la sensibilité. Pourtant, certains artistes ont décidé de consacrer leur pratique à la construction de machines, leur attribuant des capacités d’évocation oniriques ou même métaphysiques.

D’où vient la sensibilité que nous prêtons à certaines machines ?
D’une imperfection réelle ou simulée ? De l’inutilité, voire de l’absurdité de la tâche qu’elles auraient à accomplir ? De leur fragilité apparente qui les condamnerait à une mort certaine ? D’une forme d’autonomie d’action qui suggèrerait une volonté propre ? D’une apparente capacité de créer, en dessinant des objets ou en inventant des compositions musicales ?

Entre phénomène d’identification et rejet d’une machine trop humaine, le festival accès)s( #17 sonde le rapport ambiguë, voire conflictuel qui se tisse parfois entre les machines et leur créateur.

Quiet Motors, Pierre Bastien – 2016

Discrétion : c’est le premier mot qui vient pour décrire Pierre Bastien, pourtant actif sur la scène musicale française et internationale depuis plus de 40 ans. Depuis l’improvisation libre et la scène jazz inventive jusqu’ aux cercles électroniques, Pierre Bastien est un musicien et un artiste dont la grille créative unique le laisse libre, à la lisière des scènes.
Le dispositif musical de Pierre Bastien, articulé autour d’instruments traditionnels, de moteurs, d’objets et de papier, est à la croisée de le musique savante et populaire. Savante car le territoire de Pierre Bastien est d’abord littéraire, nourri de surréalisme et de toute une littérature qui, d’André Breton à Raymond Roussel, des poèmes dessinés de Francis Picabia aux pays imaginaires d’Henri Michaux, opère à sa façon un renversement du réel. Mais populaire, également, car les airs instrumentaux qui s’y déroulent, les espaces poétiques ainsi ouverts, touchent à la part d’enfance, à l’émerveillement, des musiques traditionnelles africaines au jazz primitif de Joe King Oliver, en passant par les gestes musicaux d’artistes comme Moondog, singuliers et outsiders.

Krikor (Fr)

Devenu plus hybride que jamais, le style musical de Krikor est une synthèse de ses obsessions musicales : le groove et les vieilles machines à tambours de Chicago House, les sons abstraits de la techno minimale, l’envie et l’énergie du Rock (abilly), la dureté de la musique industrielle, le sombre romantisme des anti-héros folkloriques des années 60 et la pensée avancée des rats de laboratoire du GRM (Pierre Schaeffer, Pierre Henry …).
Issu de la French Touch, Krikor développe à partir de 2002 France Copland, un projet techno de ghetto étrange influencé par Detroit aux côtés de Morando. En parallèle, il s’intéresse aux recherches musicales de l’IRCAM, fréquente les cours du compositeur de musique contemporaine d’Octavio Lopez au conservatoire et explore les techniques électro-acoustiques qu’il incorporera plus tard dans ses productions. En 2006, il crée son propre label, Omertà Registrazione (Pilooski, France Copland, etc.) Il collabore également avec différents labels tels que Tigersushi, Kill The DJ Records, Dark & ​​Lovely. En 2008/2009, il propose Plein Soleil, un duo avec Chloé, sortit sur le célèbre label club allemand Resopal Red. Krikor est aussi connu sous le nom de Crackboy, actif dans le paysage house français comme un objet non identifié.
https://soundcloud.com/krikorparis

In Aeternam Vale (FR)

Si le nom d’In Aeternam Vale n’est pas inconnu, c’est tout simplement parce que le projet de Laurent Prot, dont la renommé résonne dans l’underground depuis le milieu des eighties, effectue un retour lumineux au sein de l’écurie Minimal wave, plébiscité tour à tour par Silent Servant, Regis, etc. Source discographique inépuisable jonglant entre minimalisme électronique, post-punk et techno industrielle, la logique est d’aller à l’encontre des codes musicaux établis.

« Rien n’est construit si ce n’est dans l’instant, pas question de répéter quoi que ce soit. Il faut aussi démontrer que seule la spontanéité compte avec l’excitation qu’elle suscite et que la création musicale réfléchie ne présente pas d’intérêt. »

Laurent Prot

https://soundcloud.com/in-aeternam-vale

Tarif :
12 € : adhérents, réduits, étudiants
13 € : prévente ampli
13,8 € : réseaux extérieurs
15 € : sur place